Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Une journaliste était enfermée dans un hôpital psychiatrique pendant 10 jours, lorsque sa véritable identité a été révélée, les médecins étaient choqués

Elizabeth Cochran Seaman est née le 5 mai 1864, mais si vous ne reconnaissez pas ce nom, vous connaissez peut-être cette journaliste sous son nom de plume, Nellie Bly.

Elle a grandi en Pennsylvanie et depuis qu’elle est une jeune adolescente, elle voulait déjà travailler et se faire une carrière.

Le père d’Elisabeth est mort quand elle était jeune, et après sa mort, Elizabeth a aidé sa mère et ses 14 frères et sœurs.

Elizabeth n’a pas aimé l’idée que les femmes devraient rester à la maison, alors elle a décidé de prouver au monde qu’elle y avait sa place.

 

Wikipedia

Après la lecture d’une colonne dans le journal de Pittsburgh appelé « What Girls Are Good For, » (Ce que les filles peuvent faire) Elizabeth était tellement bouleversée qu’elle a écrit une lettre à l’éditeur.

Ce dernier, George Madden, a été tellement impressionné par ce qu’Elizabeth a soumis qu’il lui a demandé d’écrire un article pour le journal.

Elle l’a fait, et lorsque Madden l’a lu, il a offert à Elizabeth un poste permanent et lui a donné le nom de plume : Nellie Bly.

Elle a écrit sur les problèmes des femmes et les droits des femmes sous le pseudo de Nellie Bly, ce qui était inhabituel, car, à l’époque, les articles destinés aux femmes portaient généralement sur la mode, la société et les conseils de jardinage.

Elizabeth a souvent effectué des enquêtes pour lesquelles elle s’est rendue sous couverture dans des endroits tels que des ateliers pour exposer les mauvaises conditions dans lesquelles les femmes travaillaient.

Mais après un certain temps, ses éditeurs l’ont mis sur les pages féminines et elle a décidé de quitter Pittsburgh pour de plus grandes opportunités à New York, écrit Biography.

La vie dans la grande ville était difficile au début. Elizabeth est restée quatre mois sans travail. Puis, elle a réussi à trouver un emploi au journal New York World. L’une de ses premières taches était d’aller en l’infiltration dans un infâme hôpital psychiatrique.

Facebook/FernPimraveeWongphunga

Presque aucune des personnes admises à l’asile pour femmes se trouvant sur l’ile de Blackwell n’en est ressortie et il n’y avait vraiment aucun autre moyen de savoir quelles étaient les conditions à l’intérieur.

Il y avait des rumeurs au sujet des employés de l’ignoble hôpital. On pensait qu’ils maltraitaient les patientes, mais personne n’osait témoigner.

Alors, avec la promesse d’être libérée après 10 jours, Elizabeth s’est attribué la tache la plus difficile de sa vie.

Mais même si elle savait que ce serait horrible, Elizabeth n’aurait jamais pu imaginer à quel point ça allait l’être.

Facebook/AbandonedHistoricProperties

L’hôpital avait deux fois plus de patients qu’il n’y avait de place. Les repas consistaient de pain sec non cuit, de viande avariée, de bouillon fade et d’eau sale. Et il y avait des rats partout.

Elizabeth a prétendu être mentalement dérangée, mais elle a dit que les conditions à l’hôpital étaient si mauvaises que cela aurait suffi à rendre une personne vraiment folle.

Entre autres, Elizabeth a rencontré plusieurs femmes qui n’étaient pas folles, mais tout simplement pauvres ou incapables de parler l’anglais.

Les patients étaient maltraités, battus, attachés et forcés à utiliser de l’eau glacée au lieu des douches.

Les médecins ont refusé de croire les patients qui se sont plaints d’abus, et ceux-là ont même été punis.

Les femmes qui étaient actuellement malades n’avaient pas les soins dont elles avaient besoin.

Facebook/GraveMatters

Comme promis, un avocat est venu chercher Elizabeth 10 jours plus tard.

Après la sortie du livre révolutionnaire d’Elizabeth « Ten Days in a Mad-House, » (Dix jours passés dans un asile) sur le temps passe à l’ile de Blackwell, le gouvernement a fait les changements qu’elle a recommandés et la situation des patients s’est considérablement améliorée.

Elizabeth est devenue célèbre à travers tout le pays. Elle continuait à écrire d’importants articles, et grâce à sa célébrité, ses articles ont aidé à changer la société. Elle a continué à écrire sur la pauvreté, la politique et d’autres domaines auxquelles les femmes n’avaient précédemment aucune opinion.

 

Elizabeth a inspiré de nombreuses jeunes femmes avant de mourir d’une attaque cérébrale en 1922 à l’âge de 57 ans.
Deux ans plus tôt, elle a eu la joie de voir les femmes finalement avoir le droit de vote.

Facebook/Women’sRightsNews

Durant sa courte vie, Elizabeth a beaucoup accompli. Partagez cet article pour faire connaitre sa vie et ce qu’elle a réalisé. Inspirons davantage de personnes à réagir lorsque les choses sont mauvaises !

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime

 

En savoir plus ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *