Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Il fait ça à sa femme tous les jours – quand il réalise son erreur, il est déjà trop tard

Le blogueur Matthew Fray a été marié pendant neuf ans avant sa séparation. Il a considéré sa femme comme acquise pendant trop longtemps. Ce n’est pas que les grandes erreurs qui peuvent détruire un mariage.

Maintenant, il a rédigé une lettre ouverte au sujet de toutes ses erreurs.

Malheureusement, cette démarche arrive trop tard.

Shutterstock

Cher mari de merde,

Oui, toi.

Je sais ce que tu dois te dire. Ce doit être l’une des choses ou une combinaison des points suivants:

1.  Je ne suis pas un mari de merde ! Je travaille plus de 50 heures par semaines pour pouvoir payer la maison, nos voitures, nos vacances ses bijoux, et les activités des enfants. J’aime ma femme ainsi que ma famille !

2.  Je ne suis pas un mari de merde ! Je ferais TOUT pour ma femme.

3.  Je ne suis pas un mari de merde ! Je répare toutes les choses qui doivent l’être dans la maison. Je tonds la pelouse, je promène le chien, je sors les poubelles, j’aide à changer, et j’accompagne les enfants pour leurs petits matchs de championnat.

4.  Je ne suis pas un mari de merde ! Je m’assure toujours qu’elle ait un orgasme quand on fait l’amour une fois par semaine !

5.  Je ne suis pas un mari de merde ! Je ne bois pas excessivement, je ne me drogue pas, je fais du sport. Je ne la frappe pas, je ne l’appelle pas par tous les noms et je ne la trompe pas!

Et écoute, je comprends. Tu n’estimes franchement pas être un mari de merde. Et je te félicite pour toutes ces bonnes choses que tu fais, et je t’applaudis pour tous les sacrifices que tu fais pour ta femme et/ou ta famille.

Mais devine quoi?

Ferme-la. T’es un connard et tu es un mari de merde.

Je ne sais pas tout ce qu’il y a à savoir concernant le mariage. Il se peut que je ne sache pas grand-chose. Mais je sais une chose TRÈS importante : Je suis un connard. Et j’ai été un mari de merde.

Pour le dimanche de Pâques cette année, ma femme a enlevé sa bague après neuf ans de mariage et m’a dit qu’elle me quittait.

C’est blessant. Cela m’a laissé sans voix. J’étais effrayé.

Mais cela ne m’a pas choqué.

Car nous (maris) avons vraiment beaucoup plus de choses à prendre en considération que nous ne le pensons.

Et tous – Hommes et Femmes – devons accepter plus de responsabilités qu’on ne le fait dans certaines circonstances.

Et c’est ce que je vais faire maintenant. Accepter quelques responsabilités.

Ce qui est remis en question aujourd’hui c’est:

Ai-je été le mari que je devais être au début et au milieu de nos années de mariage, serions-nous malgré tout arrivés au point où ma femme chercherait ailleurs son bonheur et sa paix intérieure ?

Elle fait chier de mettre fin à notre relation de cette façon. Rien ne lui donnait l’autorisation de le faire.

Mais c’est là où je dois accepter mes responsabilités – du moins, une partie – à cause de la situation dans laquelle je me trouve.

Je n’étais PAS un mari parfait.

Je ne suis même pas sûr d’avoir été un bon mari.

Je l’aimais. J’étais tendre avec elle. Je voulais tout faire pour la rendre heureuse et avoir son approbation. Je voulais prendre soin d’elle et tout prévoir pour elle. Je partais travailler tous les jours pour elle. Elle était ma raison de vivre. Je voulais être avec elle pour toujours.

Mais j’ai été un connard. Quelqu’un d’égoïste. Et alors que je pensais avoir tout fait au cours de nos deux dernières années de mariage pour me racheter, à mesure que je grandissais, elle s’éloignait, j’ai été un mari de merde pendant sept ans.

Pixabay

Regarder les Masters
Il y a quatre ans de ça, sans que je ne le sache à ce moment-là, un moment décisif de ma vie s’est produit un dimanche lors du dernier match du tournoi des Masters de Golf – que les Américains passionnés de golf considèrent comme le tournoi le plus célèbre de l’année.

Habitant dans l’Ohio, cette période autour de Pâques et les Masters est le moment où vous pouvez être sûrs que c’est le moment où la météo change vraiment pour vous offrir de très belles journées.

Mon ex-femme adorait vraiment vivre en extérieur. Elle a grandi à la campagne, et rester assise à l’intérieur alors qu’il faisait beau dehors n’était pas ce qu’elle qualifierait comme passer du bon temps.

Donc, inévitablement, il faisait extrêmement beau dehors le jour de la grande finale des Masters. Notre fils n’était pas très grand. Et ma femme voulait que tous ensemble, nous allions profiter du beau temps.

Aller en randonnée dans le parc national non loin.

Aller au zoo.

Explorer les routes du métro.

Cela semblait assez raisonnable non ?

Oui, je le pense.

Mais, pour ce dimanche précis, sans être conscient que l’ombre d’un mariage en perdition menaçait ? Cela semblait parfaitement déraisonnable.

Cela s’est passé à peu près ainsi :

Moi: « Chérie, sincèrement, j’aimerais juste regarder mon tournoi de golf préféré. Ça n’arrive qu’une fois par an. »

Ma femme: « Je n’en reviens pas que tu veuilles rester assis à l’intérieur par un aussi beau temps. Tu ne voudrais pas qu’on fasse quelque chose de sympa en famille ? »

Moi: « Je ne préfère pas rester assis à l’intérieur alors qu’il fait beau – J’aurais même préféré qu’il pleuve – et bien entendu, j’aimerais qu’on fasse des choses agréables tous ensemble, mais, comme je te l’ai dit, ce tournoi de golf n’arrive qu’un weekend par an. Et comme c’est aujourd’hui, j’aimerais vraiment regarder ça. Je suis navré.»

Tout cela s’est produit il y a quelques mois de ça, durant les Masters. Cela jouait à la télé chez moi. Mais il n’y avait personne à la maison. Elle était déjà partie. Mon fils était parti. J’étais là. J’étais réveillé. Mais je n’étais pas à la maison.

Je serai tenté de faire une recherche pour savoir qui a bien pu gagner ce satané tournoi de golf cette année-là. Car je ne m’en souviens vraiment plus. Peut-être Justin Rose ou Adam Scott. Mais en toute honnêteté, ça intéresse qui ?

J’ai choisi les Masters plutôt qu’un parfait après-midi de dimanche en famille avec ma femme et mon fils.

Et devine quoi, Mec qui pense que tout est Acceptable ?

Tu es un connard. Et tu es un mari de merde. Tout comme moi.

J’ai commis le plus grand crime possible dans un mariage, plus que tout ce qui est flagrant comme la tromperie, toute forme d’abus et d’autres cas similaires.

Shutterstock

J’ai abandonné ma femme dans notre mariage
C’est comme pour ce dimanche de Masters d’il y a quatre ans.

C’est comme quand elle reste à la maison un vendredi soir pour s’occuper des enfants et s’occupe des tâches ménagères et puis regarde Desperate Housewives seule sur le fauteuil alors que tu es de sortie avec tes potes.

C’est comme quand elle t’invite à aller au lit un lundi soir où il y a match, mais où tu as tellement envie de suivre ta fantastique équipe de foot plutôt que la rejoindre.

C’est comme quand elle te demande de l’accompagner pour une fonction familiale chez tes beaux-parents, et où tu refuses pour pouvoir regarder un film seul à la maison, ou rester à jouer aux jeux vidéo, jouer au golf ou jouer au poker.

C’est comme quand tu pars à une soirée et où tu passes le plus clair de ton temps à boire et rigoler avec tes amis, et que parfois tu ne lui tiens même pas la main ni ne lui murmure à l’oreille à quel point elle est belle, ou t’assurer de croiser son regard à travers la pièce et prononcer les mots « Je t’aime. »

C’est comme quand tu quittes l’hôpital pour avoir une bonne nuit de sommeil le jour de la naissance de ton fils même si ta femme t’a supplié de rester.

C’est comme quand tu ne remarques pas toutes les petites choses qu’elle fait tous les jours afin que tu n’aies pas à le faire – à planifier et gérer tout l’emploi du temps et le ménage, et acheter les cadeaux pour les anniversaires, les mariages et les cérémonies de diplômes, et maintenir la maison propre, et un million d’autres choses que je suis trop putainement occupé pour le voir même si j’essaie encore de recoller les pots cassés alors que je suis seul dans ma maison.

La leçon la plus dure que j’ai apprise c’est que tu peux avoir toutes les meilleures intentions du monde. Tu peux te montrer attentionné, et charmant. Avoir l’envie de se sacrifier.

Tout peut ENCORE s’effondrer.

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

J’ai toujours entendu ce proverbe tout au long de ma vie et je n’en ai jamais vraiment compris le sens jusqu’à maintenant.

Tu sais, c’est drôle. J’aurai aussi juste pu enregistrer ce putain de Masters.

Et tu le peux aussi.

Nous sommes des individus cassés. Nous sommes des maris de merde.

Mais messieurs – Nous n’avons pas à le demeurer.

La lettre a été publiée avec la permission de Matthew Frays. Vous pouvez lire ici la version originale.

MaxPixel

Les mots de Matthew Fray constituent certes un rappel très marquant afin que toutes les relations puissent fonctionner pour toujours.

N’hésitez pas à partager cette lettre inspirante à vos amis sur Facebook – vous pourriez sauver le mariage de quelqu’un.

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime

 

En savoir plus ...