Une mère risque de perdre ses trois enfants après que l’ADN a indiqué qu’elle n’est pas leur mère biologique

Lydia Fairchild a vécu une expérience qu’aucune mère n’envisagerait jamais de vivre : elle a été accusée de ne pas être la mère biologique de ses enfants.

En tant que mères, nous portons nos enfants, leur donnons naissance et les élevons, sans jamais penser un seul instant que cela pourrait être remis en question et que nous pourrions risquer de les perdre.

Mais une mère de l’État de Washington a failli perdre ses enfants à cause d’un résultat surprenant d’un test ADN.

En 2006, Lydia avait des difficultés financières et devait demander une aide gouvernementale. L’une des exigences était un test ADN pour prouver qu’elle et son partenaire étaient les vrais parents des enfants.

YouTube

La mère de trois enfants ne s’en soucie guère, jusqu’à ce que les résultats du test montrent que son ADN ne correspond pas à celui de ses enfants.

Lydia n’en revenait pas et pensait immédiatement qu’il devait y avoir une erreur. Elle a donc refait un test, pour constater que le résultat était identique, d’autant plus que l’ADN de son petit ami correspondait bien à celui de ses enfants.

« Je savais que je les portais et je savais que je les avais mis au monde. Il n’y avait aucun doute dans mon esprit », a déclaré Lydia à ABC News.

La jeune femme, alors âgée de 26 ans, s’est retrouvée au centre d’une enquête criminelle.

YouTube

« Quand je me suis assise, ils sont venus et ont fermé la porte, et ils sont revenus et ont commencé à me poser des questions comme « Qui êtes-vous ? » a raconté Lydia aux médias.

Bien que son obstétricien, le docteur Dreisbach, qui avait été présent lors de tous ses accouchements, ait accepté de témoigner devant le tribunal, aucun avocat n’a voulu prendre son dossier en raison des résultats de l’ADN.

« L’ADN est infaillible à 100 % et ne ment pas », lui a dit un travailleur social.

Les services sociaux menaçaient de lui retirer ses jeunes enfants – c’était un cauchemar pour cette jeune maman.

YouTube

Un juge lui avait dit de trouver un avocat, mais personne ne voulait prendre son dossier, et un travailleur social l’avait avertie qu’ils pouvaient lui enlever ses enfants à tout moment. Elle envisageait de les cacher.

Mais Lydia a eu une chance : à Boston, à l’autre bout du pays, Karen Keegan avait besoin d’une transplantation rénale. Espérant que l’un de ses fils pourrait être compatible, ils ont fait un test ADN.

Mais elle a obtenu exactement le même résultat que Lydia : aucun de ses enfants ne correspondait à son ADN, laissant les médecins perplexes.

Cependant, dans le cas de Karen, des tests supplémentaires ont été effectués pour extraire l’ADN de tout son corps et ils ont découvert que l’ADN de son nodule thyroïdien correspondait à celui de ses enfants.

Reddit

Les médecins ont découvert que Lydia et Karen étaient leurs propres jumelles, un phénomène médical appelé « chimérisme ». Cela signifie que les deux femmes étaient censées être jumelles, mais pendant qu’elles étaient dans l’utérus de leur mère, les deux ovules fécondés ont fusionné pour devenir un seul fœtus porteur de deux brins d’ADN distincts.

Lydia a ensuite subi les mêmes tests que Karen pour prouver qu’elle était atteinte de la même anomalie médicale et qu’elle était la mère biologique de ses enfants.

Il n’existe que 30 cas documentés de cette anomalie rare dans le monde, mais si Karen n’avait pas été là, la situation de Lydia aurait pu finir autrement.

« Je n’aurais probablement pas mes enfants aujourd’hui s’ils n’avaient pas découvert son cas (celui de Karen). Ils n’auraient même pas su qu’il fallait envisager que je sois une chimère », a ajouté Lydia.

C’est terrifiant de penser que cela puisse arriver à une mère, je ne peux pas imaginer à quel point Lydia a dû être effrayée.

Merci de partager cette information afin que davantage de personnes soient informées de cette anomalie médicale rare.

Vous pouvez désormais nous suivre sur Instagram pour découvrir d’autres contenus formidables, des photos et des vidéos.