Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Un policier arrête un homme qu’il pense être son fils mort. Un peu plus tard, il voit ce qu’il y a sur le tableau de bord

Perdre un enfant, pour quel qu’en soi la raison, doit être la chose la plus difficile à vivre pour un parent.

Quand William Jazwinski conduisait sa voiture un matin en avril, il a vu une voiture de police avec les gyrophares allumés dans son rétroviseur.

William s’est arrêté immédiatement. Et alors que le policier s’approchait de son camion, William a baissé sa vitre et s’est demandé s’il avait roulé trop vite.

Il s’avère, que non. L’officier voulait juste remercier William pour son service militaire.

Facebook/William Jazwinski

William s’est rendu compte que l’officier avait dû voir l’autocollant militaire à l’arrière de son camion.

L’agent a demandé à William où il avait servi, et William a répondu qu’il avait été en Irak pendant 15 mois.

C’est à ce moment-là que l’agent a commencé à parler.

Il a dit à William que son fils a également servi en Irak, mais n’est jamais revenu.

William a été ému par l’histoire de l’officier et un sentiment de tristesse l’a envahi.

Ensuite, le policier a remarqué un drapeau américain sur le tableau de bord. Il était identique au drapeau qu’il avait reçu lorsqu’il avait été informé de la mort de son fils.

Cela a incité le policier à poser à William une question inhabituelle.

Faccebook/William Jazwinski

Il a demandé s’il pouvait lui faire un câlin.

« Tu me rappelles mon fils. Je t’ai demandé de t’arrêter. Je pensais que tu étais lui. La plupart du temps j’ai encore du mal à croire qu’il est parti, » a déclaré le policier.

William a détaché sa ceinture et est sorti de son camion pour donner à l’officier l’étreinte qu’il avait demandée.

Mais ce n’était pas un câlin ordinaire. Les deux hommes ont pleuré et se sont étreints avec force pendant un long moment.

William venait juste de sortir d’un programme de rééducation du syndrome de stress post-traumatique (TSPT) et un câlin était exactement ce dont il avait besoin.

Plus tard, William a partagé l’événement sur sa page Facebook, et sa publication a été vue près de 180 000 fois.

Facebook/William Jazwinski

Partagez si vous avez été touché par cette histoire et si vous souhaitez remercier William et le policier pour leurs services.

Publié par Newsner. Cliquez sur J’aime

 

En savoir plus ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *