Une femme enceinte avec les membres sectionnés est éjectée d’un camion en marche avec un sac en plastique et un mot

Avertissement : contient des détails graphiques qui peuvent choquer certains

Une femme enceinte a été, semble-t-il, éjectée d’un véhicule en marche, larguée avec un sac en plastique contenant ses propres membres amputés. Avec elle, deux autres hommes âgés de 22 et 23 ans ont également été balancés sur la route dans l’État de Guanajuato, au Mexique.

On pense que des membres d’un cartel de la drogue étaient derrière cet acte horrible, où ils ont coupé les mains de la jeune femme enceinte et des deux hommes après les avoir accusés de vol. Les membres ont été sectionnés et mis dans un sac en plastique, mais le gang de trafiquants ne les aurait pas laissés se vider de leur sang; ils ont fait attacher les moignons avec de la corde et du fil de fer avant de les jeter de l’arrière du camion.

La femme, qui serait âgée d’une vingtaine d’années, suppliait les passants de l’aider sur la route, comme le rapporte Mirror. « S’il vous plaît, appelez ma soeur, s’il vous plaît, mon ami, je vous donnerai le numéro de téléphone, aidez-moi s’il vous plaît », suppliait-elle.

Outre le sac en plastique contenant les membres sectionnés des victimes, une note accusant la femme enceinte et les hommes de vol était également jointe. « Ceci est de ma faute, car je suis un rat (voleur) et je ne respecte pas les honnêtes gens qui travaillent dur », dit la note. « Quiconque commet la même erreur et continue à voler subira le même sort. »

In Playa Del Carmen the civil police with dogs offered us cocaine in the Quinta Avenida

Posted by Degner Maria Ina on Monday, December 14, 2020

Les trois victimes ont été transportées à l’hôpital et une enquête a été ouverte, comme le rapporte Independent.

Le Groupe Elite a revendiqué la responsabilité de l’horrible sort réservé aux victimes, en signant la note jointe au sac plastique. Ce groupe serait une aile mortelle du cartel Jalisco Nuevo Generación (CJNG) et de l’alliance du cartel Santa Rosa de Lima/Sinaloa.

Un autre incident impliquant une femme enceinte a entraîné sa mort après qu’elle ait été étranglée et que son bébé ait été extirpé de son ventre. La femme enceinte, Jessica Gabriela, 20 ans, aurait été piégée dans la maison de son assassin, Cinthia Fatima, à Tampico, dans l’État mexicain de Tamaulipas, selon le Daily Mail.

Cinthia Fatima aurait déjà fait une fausse couche et, afin de se couvrir, elle a commencé à chercher des femmes enceintes pour les tuer et faire passer leur bébé pour le sien. Cinthia a fini par trouver Jessica sur les réseaux sociaux et lui a dit qu’elle donnerait à la future maman des vêtements pour bébé.

Sous prétexte d’aider la femme enceinte, Cinthia l’a attirée dans la maison avant de l’étrangler et de lui extirper le bébé du ventre. Son plan était d’aller voir les médecins et de prétendre que le bébé était le sien, en espérant qu’elle pourrait convaincre son mari qu’elle n’avait pas fait de fausse couche dans le passé, comme le rapporte Mirror. Toutefois, la famille de Jessica a donné lalerte après quelle ne soit pas rentrée chez elle et les enquêteurs ont découvert son cadavre chez Cinthia.

Cinthia et son mari, Omar Erique N., ont été arrêtés dans le cadre de la mort de Jessica.