Fille de 11 ans a ses règles, contrainte à souiller ses vêtements deux fois après que les enseignants l’aient interdit d’aller aux toilettes

Une fillette de 11 ans originaire de Bristol, au Royaume-Uni, a été forcée de souiller ses vêtements à l’école pendant ses règles, après s’être vue refuser la permission d’aller aux toilettes.

Selon certaines informations, la jeune fille, une élève de l’école de Cotham, a demandé à plusieurs reprises de quitter la classe et d’aller aux toilettes, mais on lui a répondu non.

Par conséquent, elle s’est sentie humiliée après avoir souillé ses vêtements, non pas une mais deux fois, et elle est maintenant terrifiée d’aller à l’école pendant ses règles

Credit: Shutterstock (la fille dans l’image n’est pas associée à l’histoire)

Tout naturellement, la mère de la fillette est contrariée par la façon dont l’école a géré la situation et doute que les besoins d’hygiène intime des jeunes filles soient pris en charge de manière adéquate à l’école.

S’adressant à Bristol Live, la mère, qui est restée anonyme pour protéger l’identité de sa fille, a déclaré : « Ils ne devraient pas culpabiliser les jeunes filles parce qu’elles ont besoin d’aller aux toilettes et s’occuper de leurs hygiène intime. Maintenant, elle a peur d’aller à l’école au cas où ils ne la laisseraient pas sortir de la classe, ce n’est pas ce que nous devrions enseigner aux filles.

Contrecoup

« Nous devrions leur laisser le droit d’avancer en leur donnant les outils nécessaires pour atteindre leurs objectifs, qu’elles aient ou non leurs règles. »

Suite au premier incident – qui a eu lieu en septembre de l’année dernière (2018) – la fille a refusé d’aller à l’école la prochaine fois qu’elle avait ses règles. Comme elle était nouvelle à l’école, la difficulté de l’expérience s’est encore accrue, laissant la jeune fille avec un problème auquel elle n’aurait jamais dû être forcée de faire face.

Heureusement, à cette occasion, elle portait un pull assez long pour aider à dissimuler la tâche, mais il ne faut pas minimiser sa gêne de devoir rester assise dans les mêmes vêtements pendant le reste de la journée.

PIxabay

« Je n’arrivais pas à y croire. J’ai téléphoné à l’école pour me plaindre et ils m’ont dit que tout irait bien et que cela ne se reproduirait plus. Ils semblaient désolés que cela se soit produit, mais ils ne m’ont pas dit comment ils s’y prendraient pour s’assurer que cela ne se reproduise pas « , a dit sa mère.

« Puis, en octobre, elle avait de nouveau ses règles et elle a eu peur d’aller à l’école. J’ai téléphoné pour dire que je ne l’enverrai pas à l’école et la dame de l’assistance m’a dit que je ne pouvais pas la retenir pour cette raison. J’ai compris, mais elle était si inquiète au cas où ça se reproduirait. On m’a assuré que les professeurs en seraient informés et que s’il y avait des problèmes, de ne pas hésiter a la contacter à nouveau. »

Cependant, cela s’est produit de nouveau. Cette fois, c’est un enseignant qui a refusé sa demande d’aller aux toilettes. Il a même menacé de l’expulser de sa classe si elle n’arrêtait pas de demander à sortir.

« Elle n’aurait pas dû atteindre le stade de saigner à travers ses vêtements non pas une fois, mais deux fois en l’espace de quelques mois. Les écoles devraient trouver des moyens d’aider les enfants plutôt que de les traumatiser « , dit sa mère.

Le porte-parole de l’école n’a confié que :  » L’école a pour politique de ne pas permettre aux élèves de sortir des cours pour aller aux toilettes dans le cadre de nos procédures de protection. Les élèves ne devraient pas quitter les cours sans supervision.
« Cependant, en tant que personnel, nous sommes tous très conscients que nous avons des jeunes filles à notre charge et qu’à l’occasion, elles devront aller aux toilettes en dehors des pauses habituelles.

Posted by Cotham School on Thursday, 17 May 2012

Je ne sais pas quel genre de professeur pourrait dire non à une enfant qui a ses règles, encore moins deux fois !

Aidez-nous à diffuser ce message pour que ce qui s’est passé ne se reproduise plus ! Partagez cet article si vous pensez que c’est mal.