Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Une caissière se moque d’un vieil homme qui n’était pas respectueux de l’environnement – sa réplique mérite d’être partagée par ceux âgés de +50 ans

Vous entendrez souvent ceux de la nouvelle génération dire à quel point ils sont fiers de faire partie de la « génération verte. » Cela veut dire qu’ils incarnent davantage la génération respectueuse de l’environnement.

Ils pensent qu’ils font mieux en matière de recyclage et qu’ils sont plus respectueux de la planète que ne l’étaient les précédentes générations. Bien plus que l’étaient leurs parents.

Mais est-ce vraiment le cas ? De nombreux baby-boomers et même certains de la génération X pourraient sans doute s’insurger.

Cette histoire parlant de la réaction d’un vieil homme à l’égard d’une vendeuse insolente est un bel exemple. La caissière n’arrêtait pas de dire que les gens de la génération de cet homme n’avaient aucune conscience écologique, mais le vieil homme avait encore une chose ou deux à dire à ce sujet.

C’est une histoire qui a déjà fait son bonhomme de chemin sur la toile depuis un moment. Nous ne sommes pas sûrs de sa provenance et si c’est une histoire vraie, mais c’était tellement marquant que nous sentions le besoin de vous le partager.

Voyez par vous-même.

En faisant la queue dans un magasin, la caissière m’a dit que je devrais apporter mes propres sacs à provisions, car les sacs en plastique n’étaient pas bons pour l’environnement. Je me suis excusé auprès d’elle et lui ai expliqué, « Nous n’avions pas cette réflexion sur l’écologie de mon temps. »

L’interlocutrice a répondu, « C’est bien là notre problème aujourd’hui. Les générations précédentes ne se souciaient pas assez de comment préserver la nature. »

Elle n’avait pas tort. Cette génération-là ne connaissait pas encore la notion de l’écologie à cette époque.

À cette époque, nous retournions les bouteilles de lait, les bouteilles de soda et les bouteilles de bière au magasin. Les magasins les renvoyaient aux usines pour qu’elles soient lavées, stérilisées et remplies à nouveau pour que la compagnie puisse utiliser ces mêmes bouteilles sans cesse. Donc elles étaient vraiment recyclées.

Mais les gens n’avaient pas la conscience écologique au temps de cet acheteur.

De mon temps, les gens prenaient les escaliers, car ils n’avaient pas d’ascenseur dans chaque magasin ou chaque bureau. Les gens marchaient pour aller faire leurs provisions et ne rentraient pas dans un engin de 300 chevaux à chaque fois qu’ils devaient parcourir deux pâtés de maisons.

Mais elle avait raison. Nous n’avions pas la conscience écologique de mon temps.

En ces temps-là, les gens lavaient les couches pour bébé, car ils n’avaient pas la version jetable. Ils mettaient leurs vêtements à sécher sur les cordes à linge, pas dans une machine énergivore avalant jusqu’à 220 voltes – la force du vent et du soleil séchaient bien les vêtements. Les enfants récupéraient les vieux vêtements portés par leurs frères et sœurs, ils n’avaient pas systématiquement de nouveaux vêtements.

Mais vous avez raison, nous n’avions pas la conscience écologique de notre temps.

À cette époque, ils n’avaient qu’une télé ou une radio dans la maison – pas une télé dans chaque pièce. Et la télé avait un petit écran, de la taille d’un mouchoir de poche et pas un écran de la taille de l’État du Montana. Dans la cuisine, ils hachaient et mélangeaient à la main, car ils n’avaient pas d’appareils ménagers électriques pour les assister en tout point.

Quand ils devaient emballer quelque chose de fragile pour l’envoyer par la poste, ils utilisaient de vieux papiers journaux et de la ouate pour les rembourrer, pas du polystyrène ou du papier bulle.

À cette époque, ils ne se contentaient pas d’allumer un moteur et bruler du carburant juste pour tailler le gazon. Ils utilisaient une tondeuse qui fonctionnait à l’huile de coude. Ils se maintenaient en forme en travaillant donc ils n’avaient pas à aller dans une salle de sport pour courir sur des tapis de course qui fonctionne avec l’électricité.

Mais elle avait raison. Nous n’avions pas la conscience écologique de mon temps.

Les gens buvaient directement de la fontaine quand ils avaient soif au lieu d’utiliser un gobelet jetable ou une bouteille en plastique à chaque fois qu’ils avaient à boire de l’eau. Ils remplissaient leurs propres stylos d’encre au lieu de racheter de nouveaux stylos, et ils remplaçaient les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir intégralement une fois que la lame ne coupait plus.

Mais ils ne pensaient pas à la dimension écologique en ces temps-là.

À cette période-là, les gens prenaient les voitures ou même le bus, et les enfants montaient à bicyclette jusqu’à l’école ou prenaient le bus scolaire pour ne pas transformer leurs mères en service de taxi disponible 24-heures sur 24. Ils n’avaient qu’une prise électrique dans la chambre, même pas même une rallonge capable d’alimenter une douzaine d’appareils. Et ils n’avaient pas besoin de gadgets informatiques pour capter un signal venant des satellites à 2000 km afin de trouver la pizzeria la plus proche.

N’est-ce pas regrettable que la génération actuelle se plaigne que les vieux ne servent à rien simplement parce qu’ils n’avaient pas la conscience écologique auparavant ?

Si vous êtes d’accord avec cet homme et avez adoré sa réplique, pensez à partager cela afin d’honorer tous ceux qui ont connu ces temps anciens ou toutes ces choses écologiques n’existaient pas !

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime.

 

En savoir plus ...