Les mots de ce veuf à sa femme décédée font pleurer tout le monde

La mort est inévitable, et tôt ou tard, nous ressentons tous de la tristesse et la douleur liée à la perte d’un être cher.

Cela peut s’avérer difficile de mettre un terme à toute la tristesse dévastatrice qui suit. Quand quelqu’un qui vous est cher décède, cela laisse un profond vide, et même si les gens disent que « le temps guérit les blessures, » le chagrin restera toujours quelque part au fond de nous. C’est ainsi tout simplement.

Une histoire qui illustre très bien cela c’est celle de Bobby Moore et de sa tendre épouse Jerry. Après 59 ans de mariage, Jerry est décédée – et Bobby s’est retrouvé seul et vulnérable.

Quand April Yurcevic Sheperd, la photographe, a vu le veuf endeuillé devant le cercueil de sa femme, elle était si profondément touchée qu’elle s’est vue obligée de décrire ce moment. Les mots et l’image bouleversants n’avaient pas pour but d’être publiés – mais c’est la volonté de la famille que l’histoire soit diffusée auprès de tous, et qu’avec un peu de chance, elle puisse aider d’autres personnes qui vivent un deuil. Elle les a donc publiés sur Facebook.

C’est une histoire qui démontre à quel point le chagrin est une partie incontournable de nos vies, mais c’est aussi une histoire qui démontre que l’amour est plus fort que tout. Elle est peut-être un peu longue, mais je vous recommande de la lire jusqu’au bout – je vous le promets, cela en vaut la peine.

« Aujourd’hui, j’ai été témoin d’une histoire d’amour. Pas le genre d’amour que partagent de jeunes personnes qui ne sont passionnées qu’à moitié, et où les hormones feraient le reste. Ce n’était pas le genre d’amour tout mielleux que partagent de nouveaux mariés qui sont fascinés à l’idée de vivre une dévotion exclusive l’un pour l’autre et un bonheur éternel après ça.

Dans le monde dans lequel nous vivons, où les serments sont brisés en un rien de temps, ce dont j’ai été témoin aujourd’hui est d’une telle rareté, comme un somptueux diamant.

Aujourd’hui, j’ai vu un homme, un homme blessé, se tenant au chevet de ce qu’il possédait de plus précieux. C’était l’amour personnifié.

Quand il est entré dans la pièce, ses pas étaient incertains, mais sa détermination n’était pas perturbée. Ses yeux étaient rivés sur sa destination finale, au bout de la pièce. Un cercueil en acier gris gisait sous les lumières colorées. Son couvercle était relevé de moitié ; l’autre moitié soutenait un arrangement de fleurs aux couleurs vives et des rubans où étaient marqués « Maman » et « Femme ».

En s’approchant, sans s’arrêter, il s’est penché sur elle et l’a embrassé sur ses lèvres maquillées, son corps à lui tremblant pour se maintenir debout.

Shutterstock

Aussi doucement et calmement, il lui a adressé ces mots. Ces mêmes mots avaient sans doute été prononcés un nombre incalculable de fois, mais cette fois-ci, cela s’accompagnait d’une certaine finalité.

« Je sais que tu ne peux pas m’entendre, » murmurait-il. « Mais, je t’aime. » Et ses larmes se sont mises à couler.

Les visites familiales n’étaient pas prévues avant au moins une heure, mais il se devait de venir tôt. Il ne voulait pas gaspiller ces dernières heures. Pendant presque 60 ans, elle a été à ses côtés, mais ce n’était pas suffisant. Il n’était pas assez près d’elle.

Il a donc pris une chaise et il s’est assis là. Sa canne sur la droite, sa femme décédée à gauche, il s’est posé à côté du cercueil pendant près d’une heure. Il a frotté les bras de sa femme, a tapoté ses mains. C’était comme s’il essayait de la réconforter, mais en vérité, il se réconfortait lui-même.

Shutterstock

Cela ne semblait pas le déranger que sa peau soit toute froide, que son corps soit tout dur et rigide ; pas plus que cela ne semblait le déranger qu’elle ne réagissait pas aux mots qu’il lui murmurait.

Aussi dur que cela puisse paraitre, cela aurait pu être une scène tout à fait normale, tirée d’un soir habituel chez eux. Exception faite pour la multitude de compositions florales somptueuses et pour les petits cadeaux de sympathie remis par des amis, la scène semblait totalement habituelle.
Quand la famille a commencé à arriver, il était toujours assis là, tenant sa main, caressant ses cheveux.

« Elle donne l’impression de très bien se porter, n’est-ce pas ? » demandait-il alors à ses enfants quand ces derniers se sont approchés.

Tout le monde était d’accord. Et ils ont pleuré.

Pendant près de cinq heures, il est resté tout près, exténué, usé, jusqu’à ce que son corps lui demande de prendre congé et que son esprit suppliait pour un peu de repos.

Shutterstock

Cet homme, cet homme dévoué, a démontré plus de grâce pendant ce temps de grande tristesse que beaucoup ne l’auraient fait en temps de grande joie. Je suis restée là sans voix, admirant ce spectacle de fidélité. Je n’avais jamais vu un homme aussi abattu, dépossédé de sa joie par la malédiction de la mort. Je me demandais, à mesure que je le regardais, ce qu’il ferait demain et les jours d’après ? Pour aujourd’hui, c’était facile.

Aujourd’hui, elle était encore là, se tenant à côté de lui, elle pouvait être touchée, il pouvait la voir ou l’embrasser. Demain, comme elle sera mise en terre et lui regagnerait sa maison, comment cela se passerait-il ? Ses affaires à elle seront toujours là – le parfum de sa peau, les petites notes pour les courses à faires, sa chaise préférée, ses restes au frigo, leur lit. Leur lit. Comment quelqu’un fait pour s’endormir tout seul après 59 années passées à s’endormir aux côtés de sa meilleure amie ? Je ne peux pas imaginer quelqu’un capable de retrouver le sommeil après ça.
Aujourd’hui, j’ai été témoin d’une histoire d’amour. J’en serai encore témoin demain quand l’histoire se terminera pour de bon, et que la scène sera vide, et que les lumières s’éteindront.

Pour Bobby, et pour tout ce qu’il est. »

Writer’s Note: At the request of the Bobby Moore and his family, I am sharing this narrative and photograph. This story…

Posted by April Yurcevic Shepperd on Wednesday, 31 January 2018

À tous ceux qui vivent un deuil, j’espère que vos cicatrices seront guéries rapidement. Ceux que vous aimez seront toujours avec vous en pensée, et l’amour que vous portiez si fortement pour eux peut continuer à vous porter à l’avenir.

Heureusement, l’histoire de cet homme peut aider à redonner du courage dans ces moments de peine.

Nous ne devrions jamais oublier que ceux que nous aimons resteront toujours auprès de nous, que ce soit dans nos cœurs ou sur un petit nuage douillet là-haut dans le ciel. Si vous êtes de cet avis, partagez cette histoire avec vos amis sur Facebook.

 

 

En savoir plus ...