Cette adolescente enceinte est envoyée à l’asile par ses parents – 44 ans plus tard, elle se venge

Remontons dans le temps jusqu’en 1963. Une jeune femme nommée Julie Mannix vivait en Philadelphie, aux États-Unis. Elle avait 19 ans, et était très amoureuse d’un homme qui s’appelait Frank von Zerneck. Mais un nuage noir planait sur leur relation.

Sa famille, qui était très riche, refusait de reconnaitre cette idylle.

Un jour, Julie s’est rendue chez son gynécologue pour son contrôle de routine. Le médecin était un ami de la famille et il a fait une découverte inattendue : Julie était enceinte ! Mais il ne lui a rien dit. Il a plutôt annoncé la nouvelle à la mère de Julie.

Pour la famille de Julie, une grossesse mariage était inacceptable. Mais il fallait aussi prendre la loi en considération : l’avortement était illégal aux États-Unis à l’époque.

Qu’ont donc fait les parents de Julie ? Ils n’ont pas dit à Julie qu’elle était enceinte. La famille a décidé de trouver d’autres explications et mensonges pour éviter de dire à Julie qu’elle attendait un bébé. Les semaines passaient et ses parents avaient élaboré un plan : ils ont dit à Julie qu’elle souffrait de dépression. C’est comme ça qu’ils l’ont convaincue de voir un psychiatre. À l’époque, c’était légal de faire avorter une personne ayant des troubles psychiatriques.

Elle refusa l’avortement – et fut enfermée

C’est à ce moment-là que Julie a appris qu’elle était enceinte. Elle refusait de se faire avorter, et voulait garder son bébé.

Ses parents ont décidé de la garder enfermée dans un hôpital psychiatrique pendant 6 mois. Jusqu’à ce qu’elle perde les eaux.

Le 19 avril 1964, la petite Aimee est née. Julie n’avait eu le droit de la voir qu’un court moment, avant d’être forcée de signer les papiers d’adoption – et de perdre Aimee.

Julie était dévastée. Tout ce qu’elle voulait, c’était revoir sa petite fille.

Elle a essayé encore et encore. Elle a contacté différentes associations religieuses pour voir s’ils avaient des informations sur l’endroit où Aimee pouvait être.

Elle espérait des retrouvailles

Les mois passaient et elle recevait toujours la même réponse à ses questions : les autorités ne pouvaient donner aucune information à Julie concernant sa fille. Elle espérait et priait qu’Aimee avait trouvé une bonne famille. Mais elle vivait toujours avec l’espoir qu’un jour elle retrouverait sa fille.

Julie était bien entendu traumatisée par l’expérience. Elle a quitté l’hôpital et a continué ses recherches. Elle a déménagé à New York et a commencé à se débrouiller seule, travaillant comme actrice. En 1965, elle a épousé Frank et chaque année, le 19 avril, ils fêtaient l’anniversaire de leur fille. Le couple sentait qu’Aimee était avec eux, même si ce n’était pas physiquement.

Où était sa fille ?

Où était donc Aimee ? Il se trouve qu’elle avait été adoptée par une très bonne famille et avait été baptisée Kathleen Marie Wisler. Sa mère adoptive était tragiquement décédée quand elle n’avait que 6 ans. Quelques années plus tard, elle a aussi perdu son père adoptif.

Kathleen a grandi et elle est devenue mère à son tour. Elle a aussi appris son histoire, et a voulu retrouver sa mère biologique plus que tout au monde et bâtir avec elle la relation qu’elles n’avaient jamais eu la chance d’avoir quand elle est née dans les années 60. Elle s’est tournée vers les services sociaux de sa localité pour trouver des infos sur Julie. Très vite, elle a trouvé une piste – un annuaire de films en ligne (le fameux imDb). Elle y a trouvé le nom Julie Mannix – l’actrice était la mère de Kathleen.

Elle a retrouvé sa mère – en ligne

Elle est restée là à fixer l’écran de son ordinateur. Il y avait la photo d’une femme blonde aux yeux bleus. Sa maman.

Sur la page Web, elle a appris que Julie s’était mariée à un producteur, Frank, un an après la naissance de Kathleen. Elle a décidé d’entrer en contact – une décision qui allait bouleverser la vie de cette famille.

Elle a écrit une lettre à sa famille biologique. Ils ont pris contact et ont commencé à se parler via la messagerie vidéo de Skype.

YouTube

« Je n’aurais jamais imaginé que je me sentirais comme la fille de quelqu’un à nouveau, et me voici, chérie par deux parents forts et attentionnés qui s’inquiètent quand leur enfant tombe malade et appellent sans raison particulière, » écrit Kathleen dans un article émouvant pour Redbook Magazine.

This is the story of the child I fought so hard to save.

Posted by Redbook Magazine on Tuesday, 8 November 2016

Ils ont été réunis assez tard dans la vie, mais malgré l’horrible décision que les parents de Julie l’ont forcée à prendre il y a 50 ans, ils se sentent désormais à nouveau comme une vraie famille.

Vous pouvez regarder Julie raconter ses expériences, qu’elle a également partagées dans un livre, ci-dessous :

J’ai été vraiment touchée par cette histoire. Cela prouve qu’il n’est jamais trop tard pour être réunis avec ceux qu’on aime, peu importe combien d’années ont passé.

Partagez cette histoire avec vos amis, pour qu’ils puissent eux aussi connaitre la fin heureuse de Julie !

Publié par Newsner. Cliquez sur J’aime.

 

 

En savoir plus ...