Maman forcée de donner naissance à un bébé mort-né, puis la sage-femme dit quelque chose qui restera à jamais gravé dans sa mémoire

Les fausses couches sont plus fréquentes qu’on ne le pense, mais il est rare que les gens en parlent ouvertement.

Comme c’est souvent le cas, il est difficile pour les gens de parler d’expériences qui les ont beaucoup blessés, même si la plupart du temps, c’est exactement ce qui peut les aider à guérir.

C’est peut-être parce que les gens sont gênés ? Peut-être que les femmes qui font une fausse couche ont honte ? Mais pourquoi, je vous le demande, quelqu’un devrait-il avoir honte de quelque chose sur quoi il n’a aucun contrôle ?

Rachel Whalen est une femme qui sait exactement ce que c’est que de perdre un enfant.

Malheureusement, les signes d’une fausse couche pour Rachel n’ont pas été découverts au début de sa grossesse. Au lieu de cela, elle avait planifié un avenir pour son enfant à naître, et elle a failli aller à l’hôpital en croyant que son bébé était en bonne santé. En fait, c’est juste avant la naissance qu’elle a appris que sa fille n’était plus en vie.

Quand quelque chose d’aussi terrible que cela arrive, la plupart des gens ne savent pas exactement comment réagir. Comment dire à quelqu’un qu’il a perdu son enfant?

Pour Rachel, ce n’est pas seulement l’amour et le soutien de ses amis et de sa famille qui l’ont aidée dans ses moments difficiles. Ce sont les infirmières expérimentées et compatissantes qu’elle a rencontrées à l’hôpital qui ont joué un rôle énorme, celles qui l’ont consolée après avoir eu à donner naissance à un bébé qui était déjà mort.

Rachel a choisi de se confier par rapport aux heures les plus sombres de sa vie.

Losing a baby sucks..Here are some of the others things that have the potential to suck after losing your baby..1….

Posted by An Unexpected Family Outing on Friday, 12 October 2018

Elle a écrit:

« Aux infirmières,

Merci de m’avoir sauvé. Vos talents et vos savoirs m’ont évité de suivre ma fille dans la mort, mais c’est votre compassion qui m’a ramené à la vie. C’est l’humanité dont vous avez fait preuve qui m’a ramené à la vie ; vous m’avez permis de penser à vivre après la mort.

Pour cela, je vous dois mon amour et ma profonde gratitude.

Merci aux infirmières qui ont toujours veillé à ce que mon mari ait assez d’oreillers lorsqu’il devait rester dans ma chambre d’hôpital. Et merci aux infirmières qui l’ont laissé chopper des sucettes glacées du congélateur. Vous avez compris que c’était un dur moment pour lui et qu’il avait aussi besoin de vos attentions.

Merci à l’infirmière qui m’a accompagnée lorsqu’elle m’a conduite d’urgence de la salle de travail et d’accouchement à l’USI. Merci d’avoir joué le rôle de mon avocat quand je ne pouvais pas parler parce que j’étais trop occupé à me battre pour ma vie. Je ne suis pas sûre que je serais en vie pour voir ma fille si tu n’avais pas été là.

Merci à l’infirmière qui m’a appris à remplir mon soutien-gorge de sachets de glaçons lorsque j’avais besoin de refouler mon lait après que ma fille soit mort-née. Je tiens aussi à te remercier de m’avoir prise dans vos bras alors que je pleurais devant le fardeau que je ne pouvais plus porter. Ton étreinte n’a rien fait pour alléger le poids que j’avais sur la poitrine, mais tu as apporté une lueur de lumière dans mon monde très sombre.

This is for the bereaved dads..The dads who sat in hospital chairs with us while we waited..The dads who held our…

Posted by An Unexpected Family Outing on Sunday, 26 August 2018

Merci à l’infirmière de l’unité de soins intensifs qui est venue me nettoyer après la mort de ma fille. Merci d’avoir pris le temps de m’aider à me laver le visage et à me coiffer. Je peux encore sentir ce que j’ai ressenti quand tu m’as lissé mes cheveux et coiffé avec une queue de cheval, c’était une sensation qui n’était ni un coup de poing ni un coup de baguette. C’était un beau geste.

Merci à l’infirmière qui s’est penchée à mon chevet et qui m’a posé des questions sur Dorothy. Merci de reconnaître combien il était important qu’elle soit réelle même si elle n’était plus là. Je n’oublierai jamais la façon dont tu t’es penchée, comme si nous étions amis, et m’a demandé : « Tu veux me parler d’elle ? »

Merci à l’infirmière qui a habillé mon bébé et pris sa photo. Merci de vous assurer que son chapeau ne couvrait pas ses yeux et que ses mains étaient si bien placées. Cette image représente beaucoup pour nous.

Merci aux infirmières qui ont pris le temps de lire mon dossier avant le changement de quart. Je tiens à vous remercier d’avoir appris nos noms et le nom de notre fille avant que vous n’entriez dans ma chambre. C’était si important d’entendre nos noms prononcés ensemble. On se sentait comme une famille.

Merci à l’infirmière qui s’est glissée discrètement dans ma chambre lors de ma première nuit sans Dorothy pour que vous puissiez me tenir la main. Merci de m’avoir chuchoté votre histoire sur votre propre enfant qui est né inerte. Merci d’avoir été la première personne à me sortir de l’isolement qu’on ressent après avoir perdu un enfant. Votre présence était trop belle pour être vraie. Je ne suis toujours pas convaincue que je n’ai pas simplement vu en rêve, pour que je puisse passer cette première nuit en solitaire.

Enfin, je tiens à remercier les infirmières qui m’ont aidée pendant ma grossesse avec la petite sœur de Dorothy. Même après la naissance de Frances, on n’oublie jamais que quelqu’un l’a précédée. Vous saviez que la naissance de Frances ne faisait pas de moi une mère pour la première fois. Ça a fait de moi une mère de deux enfants.

Avec reconnaissance,

Celle que vous avez ramenée à la vie »

I had a miscarriage..I am not alone..I had multiple miscarriages..I am not alone..I was sick with…

Posted by An Unexpected Family Outing on Monday, 15 October 2018

Il est impossible d’imaginer ce que l’on ressent quand on donne naissance à un enfant mort. Parce que c’est exactement ce que certaines mères doivent faire. Même si on vous a dit que le bébé dans votre estomac ne vit plus, vous devez quand même accoucher.

Je suis de tout cœur avec Rachel, et aussi avec les infirmières compatissantes qui ont aidé quand son monde s’écroulait.

Partagez cet article avec vos amis et votre famille sur Facebook pour rendre hommage à toutes les infirmières et sages-femmes du monde entier. Vous faites un travail fantastique tous les jours !

 

En savoir plus ...