Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

« Au revoir ma chérie » : un papa au coeur brisé donne un dernier baiser à sa fille

Il y a de nombreuses bonnes personnes dans ce monde. Dieu merci pour cela. Malheureusement, il y a aussi un bon nombre de méchantes personnes. Les pires sont ceux qui infligent de la douleur aux enfants.

C’est hallucinant comment ces gens peuvent se regarder dans un miroir ou même dormir la nuit. Ce qui pousse quelqu’un à agir violemment envers un enfant innocent restera toujours un mystère pour nous.

Cette histoire particulière sur la maltraitance des enfants remonte à juillet dernier. C’est une histoire tragique d’une famille en Slovénie. Ce n’est pas l’idéal de raconter des histoires comme celle-ci, mais nous pensons toujours qu’il est important d’en parler, afin que de telles choses ne se reproduisent plus jamais.

Facebook/SenadKardasevic

La photo ci-dessus est celle d’une petite fille nommée Arina. Malheureusement, Arina n’est plus avec nous. Elle a été négligée par les services sociaux, laissant sa mère et le petit ami de sa mère abuser d’elle jusqu’à ce qu’elle en meurt.

Son père biologique, Senad Kardasevic, aimait beaucoup sa petite fille. Mais peu de temps après que son ex-femme, Sanda Alibabic, ait commencé à sortir avec Mirzan Jakupi, le père a commencé à remarquer des contusions sur le corps de sa petite fille. C’est arrivé de façon constante, mais personne ne l’a pris au sérieux.

Il a contacté à plusieurs reprises les services sociaux en Slovénie. Il leur a expliqué qu’il était inquiet et qu’il ne croyait pas que sa petite fille était entre de bonnes mains avec sa mère et son petit ami. Les services sociaux ont fait une visite à domicile et ont mené des entretiens, mais apparemment il n’y avait pas assez de preuves pour prouver un réel abus, rapporte LifeBuzz.

Facebook/SenadKardasevic

Cela aurait été l’occasion parfaite pour sauver la vie de cette petite fille.

Malgré les efforts de Senad, un jour il a reçu un appel téléphonique qu’aucun père ne devrait jamais recevoir.

Selon The Daily Mail, la mère d’Arina a appelé une ambulance et a affirmé que sa petite fille avait accidentellement heurté un radiateur et s’était blessée.

Il s’est avéré, cependant, qu’Arina était dans une situation bien pire que quiconque aurait pu imaginer. Elle avait un visage très enflé, des os brisés et d’horribles ecchymoses sur tout son corps. Ce n’était pas possible qu’un bébé puisse s’infliger tout cela en cognant dans un radiateur. Ce qui s’était réellement passé était enfin clair. Mais malheureusement, il était trop tard.

Facebook/SenadKardasevic

Les médecins ont fait tout ce qu’ils pouvaient, mais le mal était fait. La petite fille est décédée après deux jours de combat pour sa vie. Senad était à ses côtés tout le temps et a embrassé sa petite fille pour lui dire au revoir.

L’image de ce père qui pleure à côté de sa fille sur son lit de mort alors qu’elle est connectée à une machine qui la maintient en vie a hanté des milliers et des milliers de personnes, non seulement en Slovénie, mais dans le monde entier.

Sanda et Mirzan ont depuis été arrêtés et leur procès est en cours. Ils pourraient faire jusqu’à 15 ans de prison, rapporte LifeBuzz.

Depuis la mort de sa fille, Senad se bat pour la justice au nom de sa petite fille. L’affaire a été transmise à Anja Kopač Mrak, Ministre du Travail, de la Famille, des Affaires sociales et de l’Égalité des chances en Slovénie. Elle a depuis demandé une enquête approfondie, selon LifeBuzz.

Aussi tragique que soit le sort de cette petite fille, nous espérons que cela aidera à empêcher que des enfants innocents soient abusés par des parents cruels à l’avenir.

Facebook/BoneThugs-N-Harmony

La maltraitance envers les enfants est quelque chose qui arrive encore dans toutes les parties du monde. Cela doit s’arrêter. Aidez-nous à partager l’histoire tragique d’Arina pour mettre en lumière ce sujet très important.

Publié par Newsner. Cliquez sur J’aime

 

En savoir plus ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *