Une femme sécrète du lait alors qu’elle n’est pas enceinte et découvre qu’elle a une tumeur

Pour les mères qui le veulent et le peuvent, l’allaitement maternel est un excellent vecteur pour créer un lien avec leur nouveau-né.

La production de lait maternel est un élément naturel de la grossesse, mais lorsque Amy Anderson a senti que cela allait se produire, quelque chose clochait.

Comme elle n’attendait pas d’enfant, elle a consulté un médecin pour savoir ce qui n’allait pas dans son corps.

Et il semblerait que ce soit la meilleure décision qu’elle ait pu prendre, écrit Leicestershire live.

Devenir parent est une chose énorme.

Pour la personne qui choisit de le faire, cela signifie une responsabilité qui s’étend jusqu’à ce que sa fille ou son fils soit majeur – et durant toute sa vie.

Et concernant les grossesses, il se passe beaucoup de choses pendant les neuf mois où une femme attend un enfant.

Il y a beaucoup de changements physiques, mais aussi mentaux avec une toute nouvelle façon de penser.

C’est aussi pendant cette période que le corps change tellement qu’il commence à produire du lait maternel pour l’enfant à naître.

Mais en 2007, alors qu’Amy Anderson n’était pas enceinte et produisait encore du lait maternel, quelque chose semblait aller très mal.

La constatation des médecins à l’hôpital

Son intuition lui a dit que quelque chose n’allait vraiment pas et qu’il valait mieux vérifier au plus vite.

« C’était très étrange », a déclaré Amy à Leicestershire live. « Mes hormones se détraquaient ».

« J’avais aussi eu un mal de tête et une migraine, mais quand j’ai commencé à sentir comment mes seins se transformaient, j’ai senti que quelque chose n’allait vraiment pas. »

Elle a donc consulté un médecin, pour enfin obtenir une réponse.

Et le diagnostic n’était guère celui qu’elle aurait pu imaginer.

Hate wearing them but need to start getting used to it! 😷 #foggyglasses

Posted by Amy Anderson on Tuesday, July 14, 2020

Les médecins avaient trouvé une grosse tumeur dans sa boîte crânienne après des radiographies.

« Lorsque les médecins ont découvert que j’avais un adénome hypophysaire, ils ont dit qu’il était si gros qu’il faudrait m’opérer rapidement, car il exerçait une pression sur les nerfs situés derrière mes yeux », raconte-t-elle.

Compte tenu de la gravité de sa situation, les médecins ont déclaré que cela signifiait probablement qu’elle ne pourrait pas devenir mère à l’avenir, car les traitements étaient exigeants.

Contre toute attente

D’après les pronostics, cette chance était extrêmement faible.

Le résultat a brisé ses rêves et ceux de son mari James.

Ils s’étaient mariés l’année précédente et elle avait depuis essayé de tomber enceinte.

Mais Amy n’a pas renoncé à son rêve et a fait fi de tous les obstacles.

Un an plus tard, en 2008, elle a appris qu’elle attendait son premier enfant.

« J’aurais dû subir une opération pour enlever la tumeur, mais ma grossesse a impliqué que l’opération devait être reportée », a-t-elle déclaré.

« J’étais fière d’être enceinte, mais j’ai été suivie de près tout le temps, avec des échographies et des analyses de sang fréquentes. Être enceinte peut produire des hormones, qui peuvent aggraver les symptômes et même faire grossir la tumeur. C’était une période difficile », raconte-t-elle.

En novembre de la même année, leur fille Amelia est née.

Perte temporaire de la vue

Les médecins voulaient la faire opérer peu de temps après la naissance, mais Amy voulait prendre son temps.

Elle voulait allaiter sa fille encore un peu et faire des réserves de lait maternel jusqu’à l’opération.

Mais cette opération allait avoir des conséquences inattendues.

En 2009, elle a temporairement perdu la vue et a dû être hospitalisée d’urgence.

La tumeur a éclaté et elle a dû subir une opération d’urgence.

Les médecins ont retiré le maximum de la tumeur et l’ont prévenue que cette intervention pourrait l’empêcher d’avoir des enfants à l’avenir.

Mais une fois de plus, elle a défié toutes les probabilités.

Quelques mois après l’opération, elle était à nouveau enceinte d’un autre enfant.

« Après avoir appris qu’il était peu probable que je tombe à nouveau enceinte, nous étions fiers d’attendre notre deuxième enfant. De nouveau, j’ai été suivie de près en permanence, mais j’ai eu une grossesse saine et Freddie est né le 9 avril 2010 sans aucune complication « .

On lui a conseillé de ne pas tomber enceinte

Les années ont passé et en 2011, elle a été convoquée pour un nouvel examen.

La tumeur avait recommencé à grossir, mais les médecins ne pensaient pas que c’était assez pressant pour intervenir immédiatement.

En 2013, cependant, la tumeur avait tellement grossi qu’il était temps d’agir.

« J’ai été réorientée vers l’équipe de Stoke et ils ont décidé que le prochain plan était une nouvelle intervention chirurgicale, suivie d’une radiothérapie pour essayer d’arrêter la croissance. »

On a de nouveau averti Amy que le traitement était susceptible d’affecter sa fertilité et, bien qu’elle et James soient très heureux de leurs deux enfants, cet avis a incité le couple à envisager d’avoir un troisième enfant.

« C’était comme si l’histoire se répétait quand j’ai découvert en janvier 2014 que j’étais enceinte », a-t-elle déclaré.

Le bonheur a été total et en 2015, 90 % de la tumeur avait disparu.

Après un autre traitement, les médecins l’ont récemment informée qu’il était peu probable que la tumeur revienne.

« Malgré tout ce que j’ai traversé, j’ai le sentiment d’avoir réussi », dit-elle.

Quelle battante vous avez été! Nous vous souhaitons le meilleur Amy!

Vous pouvez désormais nous suivre sur Instagram pour découvrir d’autres contenus formidables, des photos et des vidéos.