Une fillette de 8 ans retrouvée morte chez elle : la police trouve le journal qui révèle la vérité choquante

C’est l’histoire de Gizzell Ford, une jeune fille au grand cœur et aux rêves encore plus grands. C’est une histoire que tout le monde devrait lire ; malheureusement, son histoire est vraie.

Cette histoire représente également les milliers d’enfants qui sont forcés de souffrir chaque jour aux mains de ceux qui sont censés les aimer, les protéger et les garder en sécurité.

Pour Gizzell, cela ne s’est pas bien terminé, mais j’espère que son histoire sera un signal d’alarme et que les enfants n’auront plus à subir le même sort.

Comme beaucoup d’autres enfants, Gizzell Ford, huit ans, était une petite fille heureuse, curieuse et intelligente. Elle adorait l’école et était douée pour se faire de nouveaux amis.

Gizzy, comme l’appelaient ses amis, écrivait dans un journal aux couleurs de l’arc-en-ciel, mais les pages de son journal n’étaient pas ornées des histoires innocentes de la plupart des enfants de son âge. La vérité révélée dans le journal de Gizzell en est une qui a révélé des événements choquants et une tragédie déchirante.

Le 12 juillet 2013, Gizzell ou « Gizzy » a été retrouvée morte dans l’appartement sale et infesté de vermine de sa grand-mère à Austin, Texas. Elle avait été battue et étranglée et ses mains et ses chevilles montraient des signes qu’elle avait été attachée. Il y avait une blessure à l’arrière de sa tête qui était infestée d’asticots, selon le Chicago Tribune.

Gizzell Kiara Ford, age 8 of Chicago, died of multiple blunt trauma by her grandmother and father. She was found with…

Posted by Black Kids Haven on Thursday, 2 August 2018

Gizzy vivait dans un appartement avec son père André Ford, qui était alité, et sa grand-mère.

Sa grand-mère Helen Ford était celle qui s’occupait de toute la famille, et de l’extérieur, elle avait l’air d’une famille normale et aimante. Mais les pages du journal de Gizzy racontaient une autre histoire.

Punie tous les jours

Entre son journal intime et les images vidéo enregistrées sur le téléphone cellulaire de son père, Gizzell a enduré une existence douloureuse et sans amour où elle a été forcée de faire des squats comme punition, de rester debout pendant des heures quotidiennement et était souvent privée de nourriture et d’eau. Si elle faisait du bruit, on lui enfonçait une chaussette dans la bouche pour la faire taire.

Le 11 juillet 2013, elle a écrit les dernières lignes de son journal : « Je déteste cette vie parce que j’ai de gros ennuis. »

GRANDMA'S GRISLY CRIME: 8-year-old Gizzell Ford's body was found covered with blunt force injuries and cuts. She had maggots in a head wound, bruises and scratches all over her body… http://abc7.ws/2meTrN0

Posted by ABC 7 Chicago on Thursday, 2 March 2017

Malgré l’enfer qu’elle vivait tous les jours, elle écrivait encore sur ses espoirs et ses rêves et sur ce qui la rendait heureuse dans la vie, comme son amour de l’école et des cordes à sauter.

« Je vais être une belle jeune femme intelligente et bonne, » écrivait-elle en 2013. « Les gens disent que je suis intelligente, courageuse et belle. »

Gizzell Ford’s family will continue lawsuit against DCFS, doctor http://m.tbnn.it/NXFKsT

Posted by West Loop Chicago News on Friday, 3 March 2017

« Mort lente et agonisante »

Son père est mort d’une maladie chronique avant qu’il ne puisse être jugé en cour, mais en poursuivant sa grand-mère de 55 ans, la juge Evelyn Clay n’a même pas essayé de cacher son indignation devant les mauvais traitements qu’elle avait infligés à sa petite-fille.

« Ce meurtre était une torture, » a dit Clay, d’après un rapport publié sur people.com. « Cet enfant a souffert d’une mort lente et atroce. Ce petit corps semblait avoir été pulvérisé de la tête aux pieds. Sa façon de traiter cette enfant était maléfique. »

R.I.P GIZZELL FORD TEE TEE LOVE U 💖💖💞💞u

Posted by Bouncing Back Forevermore Familyfirst on Saturday, 12 July 2014

Selon le Chicago Tribune, Gizzy, la belle écriture manuscrite du journal s’était transformée en un « gribouillis dentelé » indiquant un sentiment de peur.

Le tribunal a appris que cette belle jeune fille avait été laissée pour compte par le système judiciaire. Un enquêteur des services sociaux s’était rendu chez Gizzell environ un mois avant sa mort, mais il n’a rien fait. Et un médecin spécialisé dans la maltraitance des enfants a examiné la jeune fille, mais n’a jamais signalé une blessure suspecte qu’il avait observée, selon le tribunal.

Sa grand-mère Helen a été condamnée à la prison à vie pour meurtre.

Family Of Gizzell Ford, Who Was Tortured To Death By Her Grandmother, Awarded $48 Million

Posted by Lance M. Wade on Friday, 29 December 2017

Partagez cette histoire tragique pour mettre en lumière les enfants que le système devrait protéger et pour rendre hommage à ce que cette jeune fille courageuse et intelligente a dû souffrir.

Repose en paix Gizzell, tu ne seras plus blessée par ceux en qui tu avais confiance.

 

En savoir plus ...