Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Une mère refuse d’abandonner son fils malgré son « faible QI » – 29 ans après, ils démontrent qu’ils avaient tous tort à sn sujet

Malgré des débuts difficiles dans la vie, Ding Ding avait quelqu’un qui s’est toujours battu pour lui : sa maman.

Ding Ding est né il y a 29 ans dans la Chine centrale. Durant son enfance, il a beaucoup souffert à cause d’une complication à sa naissance et il avait été diagnostiqué avec une paralysie cérébrale.

Les médecins ont suggéré à la maman de Ding Ding de l’abandonner parce qu’il grandirait soit handicapé ou intellectuellement déficient. Son papa était d’accord et a supplié sa femme d’abandonner l’enfant. Il pensait que Ding Ding serait un fardeau pour toute la famille, selon le South China Morning Post.

Mais la maman de Ding Ding, Zou Hongyan, a refusé d’abandonner son fils —  et 29 ans après, Ding Ding a prouvé que les médecins et son papa avaient tort à son sujet.

Zou Hongyan a décidé de divorcer de son mari et de s’occuper seule de Ding Ding. C’était dur financièrement, mais Zou a pu subvenir aux besoins de son fils et elle grâce un travail à temps plein et deux autres à temps partiel.

Zou consacrait tout son temps libre à son fils. Elle l’accompagnait à chaque session de thérapie physique et jouait à des jeux et faisait des puzzles avec lui afin de pouvoir affiner son intelligence. Elle était décidée à aider Ding Ding à grandir et accomplir de grandes choses malgré sa paralysie cérébrale.

« Je ne voulais pas qu’il ait honte de ses problèmes physiques. Comme il avait des aptitudes plus faibles dans de nombreux domaines, j’étais très exigeante envers lui pour qu’il travaille afin de faire des progrès là où il avait des difficultés, » confie la maman de Ding Ding.

Elle insistait, par exemple, pour que son fils puisse apprendre à manger avec des baguettes, bien que c’était difficile pour lui.

Et le dur labeur de la maman de Ding Ding a porté ses fruits. Aujourd’hui, son fils a 29 ans et il étudie dans l’une des meilleures institutions scolaires du monde : L’Université de Harvard.

Ding Ding avoue qu’il doit sa réussite scolaire à sa maman et que c’est grâce à elle qu’il a pu surmonter de nombreux obstacles physiques.

Alors que Ding Ding étudiait en Amérique, sa maman est restée en Chine. Elle lui manque beaucoup et Ding Ding la décrit comme son « mentor spirituel. »

Personne ne croyait en l’avenir de Ding Ding, même pas son papa. Mais grâce à la persévérance de sa maman et son dévouement, Ding Ding a pu aller plus loin dans la vie que la plupart de ses amis.

L’histoire de Ding Ding prouve que rien n’est impossible si vous travaillez dur ! Partagez cela s’il vous a inspiré par son succès!

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime
 

En savoir plus ...