Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Personne n’est sorti quand le taxi a klaxonné, donc il a sonné à la porte, et il s’est passé quelque chose qu’il n’oubliera jamais

Le quotidien d’un chauffeur de taxi à New York est rempli d’expériences inattendues et intéressantes.

Un jour, un chauffeur de taxi a pris une dame âgée qui lui a demandé de la conduire à une adresse très étrange. Même si c’est un chauffeur de taxi qui en avait vu de toutes les couleurs, c’était la course de sa vie, et il fallait absolument qu’il partage cela. Je ne suis pas sûre à 100 % que cette histoire est vraiment arrivée, mais en tout cas, j’en ai eu les larmes aux yeux.

Voici l’histoire :

Wikipedia

J’étais demandé à une adresse. En arrivant, j’ai klaxonné comme je le fais d’habitude, mais personne n’est sorti. J’ai klaxonné à nouveau, mais il n’y avait toujours personne qui arrivait. Je commençais à m’impatienter – c’était ma dernière course de la journée, et j’ai bien failli laisser tomber et m’en aller. Mais pour une raison quelconque, j’ai décidé de rester et quand j’ai sonné à la porte, j’ai entendu une voix faible et âgée me répondre : « juste un instant s’il vous plait ».

Ça a pris un certain temps avant que la porte ne s’ouvre, et finalement, une petite vieille était debout devant moi. Elle devait avoir au moins 90 ans et elle tenait une petite valise dans sa main.  

Comme la porte était ouverte, je pouvais voir l’intérieur de son appartement et j’étais choqué. On aurait dit que personne n’avait habité là depuis très longtemps. Il y avait des draps sur tous les meubles et les murs étaient complètement vides : pas d’horloge ni de tableaux, rien. La seule chose que j’ai vue c’était une boite remplie de photos et de souvenirs dans un coin.

Finalement, la vieille dame a parlé pour demander : « Jeune homme, pouvez-vous s’il vous plait porter ma valise jusqu’à la voiture ? »

WikimediaCommons

J’ai porté la valise jusqu’au coffre de la voiture. Ensuite, je suis retourné à la porte de la maison et j’ai escorté la vieille dame lentement jusqu’à la voiture. Elle m’a remercié d’être aussi serviable. Je lui ai dit que ce n’était rien, car « je traite tous mes clients comme je traiterais ma propre mère ».

La dame sourit et dit « Oh, vous êtes si gentil ».

Elle est entrée dans mon taxi, m’a donné l’adresse où elle voulait se rendre et m’a demandé de passer par le centre-ville.

« Ce n’est pas vraiment le trajet le plus court », lui dis-je. « En fait, c’est un très grand détour ».

« Ça me va », répondit-elle. « Je ne suis pas pressée, je me rends dans un hospice ».

J’étais un peu abasourdi en entendant cela, en me disant « l’hospice est un endroit où les gens se rendent pour mourir ».

« Je ne laisse aucune famille derrière moi », dit la dame doucement, « et le docteur dit qu’il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre ».

À ce moment-là, j’ai éteint le compteur. Je lui ai demandé « de quel côté souhaitez-vous aller ? ».

Nous avons passé les deux heures qui ont suivi à rouler en ville, dans toutes sortes de recoins. Elle m’a montré l’hôtel où elle avait travaillé comme réceptionniste. Elle m’a montré la maison où elle avait vécu avec son défunt mari quand ils étaient un jeune couple, et le studio de danse où elle allait quand elle était une jeune fille.

Dans certaines rues, elle m’a demandé de conduire très lentement et elle a regardé par la fenêtre comme une enfant curieuse, sans dire un seul mot. Nous avons roulé jusque tard dans la nuit quand la vieille dame a finalement dit « Je suis fatiguée. Nous pouvons aller à destination maintenant ».

Aucun d’entre nous n’avons dit mot tandis que je conduisais jusqu’à l’adresse qu’elle m’avait donnée.

Shutterstock

L’hospice était plus petit que je ne le pensais. Quand nous sommes arrivés dans l’allée, deux infirmières sont sorties pour nous accueillir. Elles ont aidé la vieille dame à se mettre dans un fauteuil roulant tandis que je portais sa valise.

« Combien est-ce que je vous dois pour la course ? », demanda-t-elle en ouvrant son portefeuille.

« Rien », lui répondis-je.

« Mais vous devez gagner votre pain », dit-elle.

Je souris et lui ai dit, « j’aurais d’autres clients ».

Sans réfléchir, je l’ai prise dans mes bras et elle m’a serré très fort.

« Vous avez rendu une vieille dame très heureuse alors qu’elle faisait ses derniers pas dans le monde. Merci. », a-t-elle dit alors que les larmes lui montaient aux yeux.

Je lui ai serré la main en signe d’adieu et m’en suis allé.

Même si mon prochain créneau avait déjà commencé, je me retrouvais à rouler sans but dans la ville. Je ne voulais ni voir ni parler à personne. Que se serait-il passé si je n’avais pas fait cette course ? Que serait-il arrivé si j’avais laissé tomber après le premier klaxon et j’étais parti ?

Quand je repense à cette nuit, je crois sincèrement que c’est une des choses les plus importantes que j’ai faites de ma vie. Dans nos vies trépidantes, on se concentre toujours sur les moments les plus grands, les plus impressionnants. Plus grand, plus vite, plus loin. Mais je pense que ce sont les petits moments, les plus discrets, qui comptent vraiment. On devrait prendre le temps de les apprécier. On devrait se montrer patient et attendre un peu avant de faire sonner nos klaxons. Peut-être qu’alors nous verrons ce qui importe vraiment.

Pixabay

Cette histoire m’a véritablement ouvert les yeux. Nous devons réaliser que ce qui est vraiment important dans la vie c’est de profiter de tous les petits moments merveilleux. Parce qu’on ne sait jamais quand il sera peut-être trop tard.

Si vous aussi vous avez été touché par cette histoire, partagez-la avec vos amis sur Facebook.

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime

 

En savoir plus ...