Une mère avec plus de 800 tatouages traitée de folle - révèle la vérité sur tous ses tatouages

Une mère avec plus de 800 tatouages traitée de folle – révèle la vérité sur tous ses tatouages

Les deux enfants adorés d’une mère l’admirent toujours, même si elle fait l’objet de railleries et de moqueries de la part de personnes qui la traitent de « monstre ».

Cette femme ne souffre d’aucune malformation physique naturelle. Au lieu de cela, elle est couverte de la tête aux pieds de tatouages de style carcéral, et malgré son incapacité à trouver du travail, ainsi que les attaques verbales qui la frappent à chaque fois qu’elle sort de chez elle, elle refuse d’arrêter de se faire tatouer, affirmant qu’elle est dépendante.

Continuez à lire pour en savoir plus sur cette maman et sur la façon dont elle est un modèle pour ses enfants !

Melissa Sloan est une femme de 46 ans originaire du Pays de Galles, qui ne regrette pas sa relation toxique de 26 ans avec un tattoo gun. Elle se fait tatouer depuis l’âge de 20 ans. Sloan accepte aujourd’hui d’être mise au ban de la société et, bien qu’elle comprenne que plus elle se fait tatouer, plus la vie devient difficile, elle refuse toujours d’arrêter.

« C’est comme lorsque vous prenez une cigarette ou un verre, vous devenez dépendant. Je ne peux plus m’arrêter, c’est une dépendance, pour moi en tout cas. Je ne peux pas m’arrêter », a déclaré Sloan, ajoutant que depuis que les salons de tatouage ont commencé à la refuser, parce qu’elle est « irrécupérable », elle s’est procuré son propre kit. Elle poursuit, « Je transporte le pistolet [à tatouage] avec moi dans le coffre, je m’en fais un dans la voiture ou n’importe où ».

Bien que Sloan ne trouve pas de travail – son corps et son visage sont désormais couverts d’une encre quelque peu négligée -, elle continue à demander à son petit ami de lui faire trois « tatouages façon prison » par semaine. Elle compte plus de 800 tatouages.

Mme Sloan a expliqué qu’il y a quelques années, elle a travaillé comme nettoyeuse de toilettes, mais qu’aujourd’hui, elle n’a plus envie de jouer ce genre de rôle.

« Je ne peux pas trouver de travail. Ils ne veulent pas de moi. J’ai postulé pour un emploi dans le nettoyage des toilettes là où j’habite et ils ne veulent pas de moi à cause de mes tatouages… Les gens ont dit que je n’avais jamais eu de travail de ma vie, j’en ai eu un une fois et il n’a pas duré longtemps. » Elle poursuit : « Mais si quelqu’un m’offrait un emploi demain, j’irais travailler, j’accepterais cette offre. »

En plus de son incapacité à trouver du travail, Mme Sloan a déclaré qu’elle était traitée comme une paria et que chaque fois qu’elle franchissait le seuil de sa porte, elle était la cible d’attaques verbales et de moqueries, les gens la montrant du doigt et la dévisageant.

Shutterstock

« Pire, plus j’en ai, plus ils me prennent pour un monstre. Ils sautent pour s’écarter et je me demande pourquoi ils font ça. C’est horrible », dit-elle. « Je m’attendais à cela dans la vie, je ne peux pas m’intégrer aux autres car j’aime être moi-même et je le resterai toujours.

En outre, Sloan affirme qu’elle a été exclue des bars locaux et des événements scolaires auxquels ses deux jeunes enfants, âgés de 8 et 10 ans, pourraient même participer. Mais cela ne l’arrête pas pour autant.

shutterstock

Les enfants disent « maman, ils te regardent » et je leur réponds « ne fais pas attention à eux » », a déclaré cette adepte de l’art corporel, ajoutant que ses enfants se rendent compte des attitudes négatives à son égard. « Ils disent que mes enfants s’enfuiront quand ils seront plus grands, ça me brise le cœur ».

Influençant ses enfants et les encourageant à la prendre comme modèle, les enfants de Sloan ont déjà un penchant pour l’art corporel.

« Ils en ont eu sur les bras hier soir, ils ont l’école donc ils devront les enlever », a dit Sloan, à propos de l’autorisation donnée aux enfants d’avoir des tatouages temporaires, avec la promesse d’un art permanent à l’avenir. « Je leur dis qu’ils auront de meilleurs tatouages quand ils seront plus âgés.

Avant de se faire tatouer, elle était une femme d’apparence moyenne. Elle a partagé des images de son visage avant tatouage sur son compte Instagram. Elle est à peine reconnaissable aujourd’hui, si vous l’avez connue à l’époque !

Il n’y a rien de mal à ce que l’art corporel soit de bon goût, mais certaines personnes vont trop loin. Bien qu’il ne faille jamais juger, nous comprenons pourquoi les employeurs hésitent à la laisser représenter leur marque. Nous espérons que les enfants de cette femme apprendront les erreurs de leur mère afin qu’ils ne se sentent pas exclus à l’avenir.

Que pensez-vous de cette histoire ?

N’hésitez pas à partager et à faire avancer la conversation !

LIRE AUSSI : La maman : « Voilà pourquoi je partage les derniers moments de ma fille sur Facebook »