Une adolescente sauvagement violée par 2 flics : Ils s’en sortent en raison d’une faille juridique

Le 15 septembre dernier, Anna était assise avec deux amis dans une voiture garée dans un parking quand elle a été soudainement aveuglée par une paire de phares.

C’était une voiture de police grise avec deux policiers en civil qui se sont approchés des adolescents.

Anna, élevée dans le sud de Brooklyn, roulait souvent en voiture avec ses amis le soir. Rester à la maison n’était pas une option.

Les policiers sont sortis de la voiture et se sont approchés d’Anna et de ses amis. Ils étaient grands et musclés. Beaucoup plus grand qu’Anna.

Ils ont montré leurs insignes de police et ont commencé à poser quelques questions. Ils ont également remarqué qu’il y avait de la marijuana dans la voiture, et la police a demandé aux trois adolescents de sortir de la voiture.

Ils ont mis des menottes à Anna, mais ont dit que ses deux amis, les deux jeunes hommes, étaient libres de partir.

Ils ont conduit Anna à une voiture de police banalisée avec des vitres arrière teintées.

Puis l’enfer a commencé.

Ils la violent à tour de rôle

Alors qu’elle portait encore des menottes, les policiers ont violé Anna à tour de rôle.

L’un conduisait la voiture pendant que l’autre violait Anna sur le siège arrière, alors qu’elle priait et les suppliait d’arrêter.

Après un moment, ils ont arrêté la voiture, changé de chauffeur et Anna a encore été violée.

Posted by Anna Chambers on Friday, 24 November 2017

Quelques heures plus tard, ils ont libéré Anna près de l’endroit où ils l’ont d’abord arrêtée. Juste à quelques centaines de mètres d’un poste de police, en vue des caméras de surveillance.

Une fois relâchée, Anna a serré ses bras autour de son corps. Elle a l’air désorientée, puis marche jusqu’à un inconnu et lui demande de lui passer son téléphone portable pour appeler un ami.

La police n’a jamais arrêté Anna, ne lui a pas donné de citation, ni déposé de documents concernant l’arrêt. Quelques heures après l’agression, Anna est allée à l’hôpital avec sa mère et lui a dit ce qui s’était passé.

Un examen a montré qu’il y avait du sperme d’Eddie Martins, 37 ans, et Richard Hall, 33 ans, sur Anna.

Tous deux travaillaient dans l’unité des stupéfiants de Brooklyn South.

Are u serious

Posted by Anna Chambers on Saturday, 30 September 2017

Après la découverte de l’incident, les deux policiers ont donné leur démission et ont également été accusés de viol. Un cas simple, pensait Anna. Deux policiers coupables d’avoir eu des relations sexuelles avec une jeune femme alors qu’elle était sous leur garde.

Mais ensuite, elle a reçu un message sur Facebook qui allait tout changer.

Son amie lui a demandé si elle avait des preuves que les rapports sexuels étaient non consentis.

Facebook/Anna Chambers

Anna n’a pas compris, et a répondu :

« Écoutez, ça ne change rien, ce sont des policiers en service, ce sont des gens que nous appelons à l’aide pas pour être violé. »

Mais il y avait une chose dont Anna n’était pas consciente. Avoir des relations sexuelles avec une personne en garde à vue n’est pas illégal dans tous les États. Et malheureusement, New York – où Anna a été violée – est l’un des 35 États où cela est encore autorisé.

Les policiers peuvent simplement prétendre que les rapports sexuels étaient consensuels.

Dans certains États, cette lacune, qui s’applique déjà aux agents pénitentiaires et aux agents de probation, a été comblée. Mais parce que de nombreux États ne veulent pas subir les contrecoups des grands syndicats de police, ils ne veulent pas adopter des lois qui accusent les policiers d’actes répréhensibles.

Sur les 158 policiers qui ont été accusés d’agression sexuelle depuis 2006, au moins 26 ont été acquittés après avoir affirmé que la relation était consentie, selon la base de données de Buffalo News.

Jesus

Posted by Anna Chambers on Saturday, 30 September 2017

Puisque le cas d’Anna a attiré l’attention, le membre du Conseil municipal de New York, Mark Treyger, dit que son cas l’a inspiré à faire progresser le dossier. « Nos lois concernant le consentement sexuel doivent être alignées au bon sens de base, de compassion et pudeur humaine, » écrit-il dans un article sur Medium.com.

Anna n’a jamais pensé que son histoire deviendrait le point de départ d’un changement dans la loi.

Le nom de famille d’Anna n’a pas été publié en raison de la nature sensible de l’affaire. Dans les documents officiels, elle est appelée Anna Doe, mais sur Facebook, Twitter et Instagram elle utilise son alias Anna Chambers.

Anna a grand espoir et croit qu’un plus grand nombre d’agents de police pourraient être reconnus coupables de crimes similaires à l’avenir.

« Tout ce qu’il fallait, c’était une voix, » dit-elle à Buzzfeed News.

Posted by Anna Chambers on Tuesday, 17 October 2017

(ANNA CHAMBERS NOUS TE CROYONS)

La terrible expérience qu’Anna a vécue ne devrait jamais arriver à personne.

Mais je suis contente qu’Anna ait utilisé sa tragédie pour faire la lumière sur le problème et encourager des changements.

Partagez pour faire l’éloge de la bravoure de cette jeune femme forte !

#AnnaChambersOutrageousBut this is a serious down to earth article-worth your time

Posted by Regan T. Cameron on Wednesday, 7 February 2018

 

En savoir plus ...