Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Rendons hommage à Yu Shangzhong qui a consacré sa vie à s’occuper d’enfants abandonnés

Dans de nombreuses régions du monde, nous prenons pour acquis que tous les enfants ont la même valeur, quel que soit leur sexe.

Mais il y a aussi de nombreux endroits dans le monde où avoir un garçon ou une fille est d’une importante capitale.

Dans les années 1980, la Chine a introduit la politique d’enfant unique, ce qui a entrainé de nombreux cas d’avortement sélectif et d’enfants abandonnés.

En Chine, avoir une fille n’est pas toujours aussi souhaitable que d’avoir un fils. Un fils est censé avoir une meilleure chance qu’une fille pour trouver du travail – sans parler d’une meilleure paie.

Cette manière de penser a causé des problèmes sociaux majeurs en Chine et a profondément marqué la façon dont on considère les femmes.

De nombreux couples qui ont eu des filles, après la mise en place de la politique de l’enfant unique, ont décidé de les placer dans des orphelinats dans l’espoir qu’elles seraient adoptées.

Mais tous les parents n’ont pas fait de même. Au pire, les parents tuaient leurs nouveau-nés, mais le plus souvent, ils les abandonneraient dans les bois ou dans la rue – dans une boite à chaussures.

Une personne a refusé de rester les bras croisés pendant que cela se produisait. Il s’appelle Yu Shangzhong.

© South China Morning Post

Selon News Asia, Yu Shangzhong et sa femme ont adopté leur première fille il y a 35 ans, alors que Yu Shangzhong avait 40 ans.

Quatre ans plus tard, Yu Shangzhong a trouvé une petite fille abandonnée dans la rue. Le bébé était dans une boite à chaussures et Yu n’avait pas le cœur de la laisser ainsi, alors il l’a emmenée à la maison.

Yu et sa femme ont également adopté cette fille et au fil des années, le couple a fini par adopter douze filles.

Les deux dernières filles que Yu a trouvées avaient été abandonnées dans des boites à chaussures en 1998. Les filles étaient nées à une semaine d’intervalle.

© GDN Online

Bien qu’il ait eu la chance d’avoir une grande famille, la vie n’a pas été très facile pour Yu et sa femme, qui vivent à Wenzhou, dans la province de Chekiang.

Yu, qui était le seul à subvenir aux besoins de la famille, a dû faire de son mieux et prenait des emplois temporaires.

Il était difficile de mettre de la nourriture sur la table afin de nourrir tous les enfants.

« Nous avons eu des jours difficiles. Quand j’étais une petite fille, ma mère me portait sur son dos, et allait ramasser des restes ou parfois elle mendiait, » a déclaré Yu Caisong, la fille ainée, à South China Morning Post. « Les gens nous ont donné de l’argent et de vieux vêtements. »

© PxHere

En raison des conditions difficiles dans lesquelles ils vivaient, Yu et sa femme ont décidé de trouver un autre couple qui pourrait adopter les plus âgées à mesure qu’elles grandissaient.

Cela donnerait à leurs filles la chance d’une vie meilleure. Quatre des filles étudient à l’université aujourd’hui avec un soutien financier du gouvernement.

Les cinq autres filles vivent avec Yu et sa femme.

Dans le salon de Yu, il y a une broderie chinoise qu’elle a encadrée, faite par une de ses filles. On peut y lire l’inscription « une famille paisible prospérera. »

Après tout ce que la famille a traversé, elle choisit de regarder vers l’avenir avec espoir.

Pour le soixantième anniversaire de Yu, ses enfants ont cotisé pour lui acheter une bague en or comme preuve de leur gratitude.

Cette histoire est un excellent rappel de la chance que nous avons dans certaines parties du monde.

Et il est difficile de ne pas être ému par l’engagement de Yu à aider ces filles vulnérables, qui sont maintenant ses filles !

Veuillez partager cet article pour rendre hommage à Yu Shangzhong, un homme qui mérite notre plus profond respect.

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime

 

En savoir plus ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *