Tweet about this on Twitter Pin on Pinterest Share on Facebook

Cette maman est choquée quand sa fille adolescente lui avoue être enceinte – mais ensuite, une chose inattendue s’est produite

Le bonheur, c’est le fait de voir vos enfants grandir et devenir des adultes respectables.

Dieu seul sait cependant que ce n’est pas toujours tout rose quand il est question de les éduquer – mes filles adolescentes savaient pertinemment, en ce temps-là, sur quel bouton presser pour me rendre folle.

Nous n’étions pas la famille la plus aisée et ne pouvions pas nous permettre des vacances très chères comme d’autres familles, pour sûr, nous avons rencontré des obstacles.

Mais je n’ai jamais eu à tenir la conversation qu’a eue cette mère dans l’histoire qui suit.

Ce n’est pas une mince affaire pour un parent de découvrir que sa fille encore toute jeune est enceinte et c’est peut-être pour ça que cette histoire m’a émue.

Tout commence avec cette mère qui est conviée à une rencontre avec sa fille par le conseiller scolaire et lors de cette rencontre, elle a eu le choc de sa vie…

Assurez-vous de lire cette histoire jusqu’au bout – elle m’a fait pleurer.

Voici ce qu’écrit la maman :

J’ai reçu un appel alors que j’étais au bureau. C’était ma fille ainée, Heidi. « Bonjour, est-ce que tu peux me rencontrer chez Barbara cet après-midi ? »

Quand je suis arrivée, Heidi était déjà assise sur le canapé. Barbara était assise dans sa chaise, juste en face d’Heidi, et je me suis installée dans la chaise juste à côté du canapé. Barbara est allée directement au cœur du sujet et a demandé à Heidi, « Pourquoi sommes-nous ici aujourd’hui ? »

Barbara était la conseillère de mes filles et je l’ai rencontrée quelquefois au fil des années, très souvent pour parler de nos soucis personnels concernant leurs pères et moi – nous étions divorcés depuis quelques années. Donc quand Heidi a demandé à ce qu’on se rencontre dans le bureau de Barbara, je ne m’en faisais pas trop.

© Shutterstock

J’ai regardé Heidi. Son visage rougissait, elle toussait et une petite larme perlait le long de sa joue. « Maman, j’ai quelque chose à dire, mais j’ai peur de le faire toute seule. »

À ce moment précis, je ne savais, j’allais devoir entendre l’une des choses que bon nombre de parents redoutent d’entendre quand on éduque une fille adolescente. Je me suis rapprochée d’elle sur le canapé, et j’ai demandé, « Es-tu enceinte ? »

Heidi était née lle jour du réveillon, elle était l’unique petite fille à la maternité. C’était une actrice née et elle adorait chanter, danser et faire du théâtre, elle s’était fait de nombreux amis en grandissant, réussissait en classe et avait pour ambition de devenir une actrice.

Cependant, quand Heidi allait avoir dix-sept ans, elle s’est mise à sécher les cours, laisser tomber d’anciens amis qu’elle avait et commencer à sortir avec un groupe d’enfants que je désapprouvais. Ma petite fille si brillante et charmante était devenue distante, dépressive et démotivée. J’étais désemparée devant ce changement si soudain et trouvais que la situation devenait de plus en plus difficile à gérer.

En tant que mère célibataire, c’était déjà très difficile d’arriver à élever trois magnifiques filles, mais cette phase par laquelle passait Heidi s’avérait être encore plus compliquée. Quand un nouveau garçon a fait irruption dans sa vie, j’ai senti un mauvais présage. Et quand je me suis retrouvée assise dans le bureau de la conseillère cet après-midi-là, j’ai su que je n’avais que quelques centièmes de secondes pour dire et faire ce qu’il fallait faire pour retrouver ma fille.

Heidi a éclaté en sanglots, tout en acquiesçant quand j’ai demandé si elle était enceinte. Je l’ai prise dans mes bras, je l’ai regardée droit dans les yeux et je lui ai dit, « Je ferais tout ce que tu attends de moi…c’est ce pour quoi je suis là. »

Comme Heidi n’avait que dix-neuf ans, nous étions tombées d’accord qu’il aurait été mieux de placer son bébé en adoption, afin qu’il puisse être pris en charge par deux parents aimants. C’était une décision difficile à prendre, mais elle semblait être la meilleure à ce moment-là.

À un millier de kilomètres de là, un jeune couple adorable voulait adopter le fils d’Heidi qui n’était pas encore né. À son septième mois de grossesse, Heidi est partie vivre non loin de la famille d’adoption. Ça me fendait le cœur de devoir perdre mon premier petit enfant et que ma fille soit si loin.

Des semaines plus tard, après une visite chez le médecin, Heidi a appelé pour indiquer qu’elle pourrait accoucher d’un moment à l’autre et qu’elle aurait voulu que je sois avec elle. J’ai tout de suite pris l’avion, et le jour suivant, j’ai rencontré la famille d’adoption.

Ils paraissaient vraiment gentils, et leur petite fille était adorable. Cependant, quelque chose semblait clocher. Je ne parvenais pas à mettre le doigt dessus, mais après les avoir rencontrés, je suis passée à autre chose très facilement.

Le jour suivant, nous avons reçu un coup de fil. Heidi a décroché et tout à coup, son visage était toute pale. Elle s’est affalée dans son lit, ses longues mèches qui couvraient son visage absorbaient les flots de larmes incontrôlables.

Aux dernières heures, la famille d’adoption s’est rétractée. Sans doute qu’ils avaient senti mon cœur brisé, et se sont dit que je risquais d’interférer avec leurs droits de parentés. Ils étaient peut-être dépassés à l’idée d’avoir un autre enfant à charge. Nous ne connaitrons jamais leur raison.

© Shutterstock

Tout en dégageant ses cheveux de son visage, j’ai demandé à Heidi ce qu’elle souhaitait faire. En pleurs, Heidi m’a dit, « Maman, je n’ai jamais réellement voulu abandonner mon enfant. Je l’aime. Mais je n’ai pas les moyens de m’occuper de lui. »

Parfois, la vie a des méthodes étonnantes pour rétablir un ordre divin. D’un coup, toutes les fois où j’ai travaillé pour m’assurer d’avoir un toit au-dessus de ma petite famille, de payer toutes les factures et quand même pouvoir offrir des choses comme des colonies de vacances, des cours de danse et des fêtes d’anniversaire… toutes ces difficultés que j’ai éprouvées en grandissant mes filles toute seule, tout cela semblait tellement insignifiant par rapport à ce qui comptait réellement : l’amour. C’est aussi simple que ça. Et j’ai su dès ce moment-là que ce retournement de situation avait ses raisons d’être.

Mettant mes mains sur mes hanches, j’ai dit fermement, « Heidi, je t’ai élevée, toi et tes deux autres sœurs, avec trois fois rien. Nous y sommes arrivées et tu y parviendras également. Lève tes fesses de ce lit ! Nous sortons acheter des vêtements pour bébé ! »

Heidi a démontré qu’elle était une mère formidable. Elle a repris l’école et désormais fait carrière en tant qu’actrice. Tyler, mon rayon de soleil, est le chouchou de ses tantes et est aimé par tous nos amis. Il nous a apporté plus de bénédiction que nous ne pouvions espérer. Il est intelligent et marrant – c’est un acteur né, tout comme sa maman.
Il est si rusé. Un jour, il devait avoir quatre ans, j’avais eu un après-midi assez difficile. Tyler est venu dans mon bureau, m’a regardée, et m’a demandé, « Qu’est-ce qui ne va pas grand-mère ? »

J’ai répondu, « Grand-mère est un peu triste aujourd’hui mon cœur. J’aurais aimé être plus heureuse. »

Tout comme pour la fois où je me suis rapprochée de sa maman dans le bureau de la conseillère, espérant trouver les mots justes, Tyler m’a pris dans ses bras, m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit, « Eh bien, c’est ce pour quoi je suis là. »

© Shutterstock

Source: Newslinq

N’hésitez pas à partager cette histoire sur Facebook si cela vous a aussi fait chaud au cœur et aussi afin que vos amis puissent avoir la chance d’être touchés eux aussi par celle-ci !

 

Publié par Newsner, cliquez sur J’aime.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *